#Flashnews

Francis N'Ganga :"le football, il n'y a pas que la lumière quand tu joues, il y a aussi l'obscurité quand tu n'es pas sur le terrain."
17 avril 2015

Je ne sais pas si je vais être présent à l'entame de la rencontre, dimanche. C'est le coach qui décide; la composition de l'équipe, ce sont ses choix. Nous verrons... Je serais déçu de ne pas commencer, c'est logique, tout joueur a les mêmes sentiments. Cela serait, disons, "compliqué" mais dans ce tournoi, ce qui compte, c'est l'équipe et l'équipe, c'est le coach qui la compose. Attendons dimanche.

Courtrai n'est pas le match de " la fin du monde". Après, il restera sept rencontres et donc il y a encore de quoi faire. Il est inutile de se mettre la pression pour cette rencontre.
Si l'on pense que ce match est un tournant, que dire des rencontres suivantes ? Le Standard, Bruges, Anderlecht et les autres... Toutes ces rencontres sont des tournants. Il n'y a pas un match plus important que les autres.
Début de saison, je revenais d'une très longue blessure, j'ai dû retrouver mes repères, la sérénité sur le terrain, je n'étais pas à 100%, les résultats ne nous étaient pas favorables, j'étais donc, comme l'a signalé le coach, moins serein et je doutais dans la tête. J'étais moins bien qu'aujourd'hui. Je suis de mieux en mieux, je travaille. La confiance revient, le niveau revient.
Je n'étais pas "à la rue" physiquement, mais je suis passé par une période difficile ; il fallait reprendre des matches, se relancer dans la compétition, se concentrer, c'était tout cela qu'il fallait surmonter. Il y a des joueurs qui ne reviennent jamais d'une telle situation. Retrouver son niveau après une grosse épreuve, comme celle que j'ai connue, ce ne fut pas évident, mais maintenant, je peux dire que tout cela, c'est le passé. Ma saison a peut-être commencé la semaine passée, mais c'est comme cela. Certains ne reviennent jamais. Il faut s'accrocher à la moindre chose. Avec la CAN, je pense que ma saison a réellement commencé en 2015.
J'ai toujours eu un rôle de "motivateur" dans le groupe, mais ce rôle, lorsque l'on est en dehors des terrains, est nettement plus compliqué. Je suis intervenu quand l'occasion se présentait, mais lorsque l'on ne joue pas, on est moins crédible. Après Bruges, tout le monde avait un peu la "tête dans le sac", c'était un bon moment pour intervenir, j'ai motivé les troupes en expliquant que tout n'était pas fini. On a vu ensuite que je n'avais pas tort.
C'est clair que quand tout tourne bien défensivement, il est plus facile de s'insérer dans un rôle offensif. Maintenant, je m'entraine tous les jours avec mes équipiers, on se connaît tous. Javier, cela fait trois ans que je joue avec lui, cela fait trois ans que je l'ai à ma droite, nous savons comment nous jouons, il n'y a pas de soucis avec cela, on se connaît très très bien. Ce ne sont pas mes six mois d'absence qui ont changé quelque chose.
 
 

Il y a toujours, dans la carrière d'un joueur, des périodes un peu plus noires que d'autres. Tu manges ton pain noir, et puis voilà. J'espère maintenant que c'est bien reparti et que je vais aller de l'avant. Il faut savoir s'accrocher. C'est un métier difficile, le football, il n'y a pas que la lumière quand tu joues, il y a aussi l'obscurité quand tu n'es pas sur le terrain. C'est là qu'il faut avoir un mental d'acier pour remonter la pente. Il faut s'accrocher, j'ai fait des entraînements perso, le dimanche matin. Il fallait retrouver le niveau, c'est comme cela, c'est un beau métier mais difficile, une passion. C'est comme dans la vie de tous les jours ; ne rien lâcher, être positif, aller de l'avant. C'est ce que j'ai fait.
Sans me mettre de pression inutile, je savais ce dont j'étais capable, J'ai essayé d'être le plus efficace possible, le plus sobre possible. Je n'ai pas fait de folie.
Je croise les doigts pour que tout le monde soit "fit", pas seulement Clément (rires..). On a besoin que tout le monde soit prêt, et qu'on puisse compter sur toutes les forces vives. Clément a un bon volume de course, il défend bien, c'est un bon "contre-attaquant". Jessy est plus la technique, la vivacité. Les deux sont importants pour l'équipe.
Tant qu'il y a de la vie, tant qu'il y a de l'espoir, rien n'est terminé. J'ai connu plusieurs situations qui me l'ont démontré, comme cette qualification à la C.A.N;  tout le monde pensait que c'était terminé pour nous mais nous nous sommes qualifiés lors du dernier match, là, il y a eu la qualification pour les Poff1... J'ai été absent durant la saison.  Je me suis dit : " d'autres ont joué, à toi de montrer que tu es toujours là, cela sera peut-être plus long que prévu, c'est là qu'il faut s'accrocher, c'est ce que je me suis dit, je n'ai jamais renoncé en me disant qu'il restait du temps pour revenir."
Tant que la saison n'était pas terminée, je n'ai jamais eu dans la tête autre chose que d'être carolo à 200 %. Je n'ai pas regardé ailleurs. Mon équipe et mes équipiers étaient  les deux choses qui m'importaient.
La C.A.N a peut-être été une vitrine, mais moi, je n'ai pas pris ma sélection en envisageant d'être repéré par un autre club, j'ai toujours gardé l'esprit zébré. Je n'ai d'ailleurs pas eu de contacts après la compétition africaine avec un autre club. Je suis encore sous contrat avec Charleroi pour un an avec option supplémentaire. Je suis bien là.  Peut-être serai-je un deuxième papy dans l'équipe ?
 (rires)"
 

Retour

RCSC Mentions légales

Pour améliorer votre expérience sur notre site internet, nous utilisons des cookies. La poursuite de votre visite sur notre site vaut pour consentement du traitement de certaines données personnelles et de l'utilisation de ces cookies. Plus d'infos ici.

En savoir plus Continuer