#Flashnews

Le rétro : La « ZTM » atterrit à l’Olympic !
05 septembre 2016

 

À l’occasion du 350ème Anniversaire de notre bonne vieille Ville, la « Zebra Time Machine » se devait de faire son grand retour, à la plus grande joie de nos supporters les plus nostalgiques, et d’accomplir son plus petit de ses voyages à travers le temps, puisque notre navette a choisi de vous emmener à la Neuville, en 1993, le 6 novembre très exactement, pour revivre un 16ème de finale de Coupe de Belgique palpitant qui voyait notre Sporting défier… son célèbre voisin de l’Olympic ! 

Les Zèbres ont soif de revanche après leur incroyable élimination au stade des 32ème lors de la saison 1991-1992. Dans une ambiance de feu et de « show à l’américaine », devant un stade comble comme en ses plus belles heures, ils ne tardent pas pour s’approprier la maîtrise du jeu et il ne faut pas plus d’un quart d’heure pour voir les protégés de Robert Waseige concrétiser leur supériorité : après deux essais infructueux de Dante Brogno, sauvés à même la ligne de but, et une dernière tentative d’Éric Van Meir repoussée, le ballon parvient à Raymond Mommens qui centre instantanément pour Neba Malbasa. L’attaquant Serbe du Sporting ne tergiverse pas, son pied droit catapulte le ballon dans le but de l’infortuné Detienne. 

Peu après, c’est au tour de Jean-Jacques Missé Missé à tenter sa chance mais, cette fois-ci, le gardien olympien s’interpose favorablement. À la 32ème minute, les Dogues dessinent leur première véritable offensive par l’entremise d’Horion qui passe dans le dos de Rudy Moury pour alerter Jevtic dont le tir n’inquiète cependant pas Peter Kerremans. 3 minutes plus tard, Neba attire la défense locale pour céder le ballon à Tibor Balog. Ce dernier le transmet à Dante Brogno qui le laisse tout aussitôt à Éric Van Meir dont le tir croisé ne laisse aucune chance à Detienne.

Menés 0-2 mais nullement découragés, les Dogues recommencent la seconde période studs au plancher, et, à peine les Zèbres avaient-ils trouvé leur marque qu’à la faveur d’un coup franc rondement donné par Vincent Dirix, c’est à nouveau Pascal Horion qui sollicite l’opportuniste Zoran Jevtic. La reprise de volée du compatriote de Neba Malbasa est sans pardon pour Kerremans et les Dogues reviennent dans la partie. 

À 1-2, les Zèbres reculent inexplicablement et offrent de plus en plus d’espaces aux Dogues qui manquent l’égalisation de peu, coup sur coup, par Schrijnen et Nqapy. Ce n’était que partie remise ; après un déboulé rapide de ce dernier à la 84ème, Roch Gérard commet l’irréparable en tentant de freiner sa progression dans le grand rectangle. La sentence est sans appel : le penalty est impeccablement converti par l’attaquant Congolais et l’Olympic recolle au score dans un brouhaha indescriptible, obligeant son prestigieux invité à devoir recours aux prolongations. 

Pendant que… Mario Notaro encourage ses joueurs ; dans l’autre camp, Robert Waseige fustige ses troupes en mettant l’accent sur le manque de rigueur qui a amené le 2-2 et le fait que ses troupes n’aient pas affiché le « gnac » requis tout au long de la seconde mi-temps. 

« Faites-vous plaisir ! » lâche le mentor liégeois dont le discours transfigurera les Zèbres durant la seconde prolongation : sur deux phases arrêtées, Éric Van Meir (à la 110ème) et Atty Affo (à la 117ème) scelleront le sort de valeureux Dogues dont la qualité de jeu présentée ne reflétait absolument pas une différence de deux Divisions !  

Pendant que l’Olympic continuera son petit bonhomme de chemin en Division 3A pour finir la saison à une très honorable 4ème position, les Zèbres, quant à eux, échoueront en ¼ de finale de la Coupe à Ekeren (2-0) mais se reconcentreront sur leur parcours en Championnat pour écrire l’une des plus belles pages de leur Histoire et terminer brillant 4ème avec, comme point culminant, une qualification pour la coupe de l’UEFA, 25 ans après leur dernière participation…   

 

Retour

RCSC Mentions légales