Actualités

Bienvenue chez toi, Jean-Jacques Cloquet ( partie 1)
07 mars 2011

La veille de notre rencontre, il a obtenu méritoirement la reconnaissance de son excellent travail à la tête de l’aéroport de Charleroi ( Brussels South Charleroi Airport ) en étant élu ? Carolo de l’année 2010 ?. Une fois n’est pas coutume, c’est notre invité qui nous reçoit à sa table dressée dans la loge présidentielle. En effet, c’est avec un fidèle parmi les fidèles que nous avons l’honneur de passer la soirée. Jean-Jacques, à quel âge as-tu commencé ta carrière au Sporting de Charleroi. -« C’était en 1976, j’avais quinze ans et je suis venu du FC Nalinnes pour effectuer ma deuxième année chez les scolaires. Monsieur Antonneau était directeur technique et avait fait le nécessaire pour que je passe quelques tests au Sporting, donc après les tournois de fin de saison j’ai signé ma carte d’affiliation. A l’époque c’était Félix Week entraîneur de l’équipe première et Jacky Beurlet directeur de l’école des jeunes. » Tout comme ton ami Philippe Migeot, tu as réussi à mener de front et avec succès une carrière de footballeur et des études universitaires. Quelle était ta méthode ? -« C’était un travail fait de rigueur au niveau discipline et organitionnel, ce qui m’aide encore aujourd’hui. En me consacrant à deux activités aussi intenses, je savais qu’il n’y avait pas de place pour d’autres choses, à part de temps en temps une petite sortie avec des copains universitaires. Il faut gérer son temps, j’ai la chance d’être quelqu’un qui ne dort pas beaucoup et cela m’a aidé. Et j’ai également eu la grande chance de partager cette expérience avec Philippe Migeot, celui que j’appelle mon demi-frère de cœur. Depuis l’âge de seize ans, nous avons suivi un chemin parallèle, nous avons été ensemble à l’université, nous faisions également les trajets ensemble, tout était un peu plus facile à deux. Je pense qu’aujourd’hui les exigences données aux joueurs professionnels ne permettraient plus de telles carrières, alors qu’à mon avis, cela ne serait pas incompatible pour faire une grande équipe. En fait, le pognon est arrivé et nous donnons une mauvaise image aux jeunes. Il y a de moins en moins d’esprit d’équipe, c’est devenu chacun pour soi. Mon manager, c’était mon père, aujourd’hui les jeunes viennent avec un manager et un avocat, c’est devenu le foot-business. Mais il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus, c’est un grand danger. En Belgique, contrairement à la France, on n’encadre pas suffisamment les jeunes footballeurs. Il faut savoir qu’un joueur est un ambassadeur de son club et doit avoir un minimum d’éducation afin de répondre correctement aux interviews, savoir gérer son stress. Malheureusement, je pense que toute cette formation est oubliée, mis à part dans certains grands clubs, et c’est une erreur. Une carrière peut être vite terminée et que leur restera-t-ils s’ils ont tout basé uniquement sur leur talent de footballeur. J’ai du arrêter ma carrière à cause d’une blessure à l’âge de 26 ans. Ce fut moralement très dur mais mon épanouissement professionnel m’a permis de passer le cap. Mais que peut-on dire de tous ces joueurs qui se retrouvent sur le carreau sans avoir été préparé à cela. » A part Philippe, avec quel joueur avais-tu le plus d’affinité ? - « Je suis quelqu’un qui adore le côté humain des choses et évidemment, Philippe est mon numéro 1. J’aimais partager des moments avec des garçons comme Peter Harrisson, Kevin Pugh, Charly Jacobs, Eric Van Lessen, Bobby Bohmer qui m’avait accueilli les bras ouvert comme un parrain, Daniel Mathy, Salvatore Curaba entre autres. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à côtoyer ces grands joueurs mais, malheureusement, je n’ai plus de contacts avec eux. » Tu as vécu l’éclosion d’Alex Czerniatinski ? - « Oh oui, Alex c’est comme Philippe ! Tout gamin nous étions voisins, nous jouions dans les ?pachis? en face de nos maisons. Il a eu une carrière extraordinaire, j’ai toujours été très fier de lui. C’était un joueur qui avait beaucoup de qualité. Nous étions tous les trois en Junior UEFA, Philippe avait une intelligence remarquable dans l’entrejeu et Alex était le finisseur, efficace, toujours à la bonne place et moi, je fermais la porte derrière. Nous étions complémentaires. Alex est un grand Monsieur du football, c’est un vrai clubman. Pour preuve, ce qu’il a fait en tant que coach au FC Malines, la façon dont il a géré la situation catastrophique dans laquelle se trouvait le club. Et eux, ils l’ont lâché d’une manière inacceptable alors que c’est un gars fidèle, qui ne trompe pas ses interlocuteurs. Je souhaite sincèrement, qu’un jour, Alex devienne entraîneur du Sporting de Charleroi. Alex fait partie intégrante des personnes très importantes dans ma vie. » Y a-t-il un match qui soit resté gravé dans ta mémoire ? - « C’est difficile de n’en garder qu’un seul. En réalité, il y a deux matchs qui resteront inoubliables. Il y a d’abord, un de mes premiers matchs en division 1, j’avais 17 ans et j’ai joué contre mon idole, Robbie Rensenbrink, le magnifique hollandais d’Anderlecht, finaliste du mondial argentin en 1978. Ensuite, la demi-finale de la Coupe de Belgique contre le FC Bruges. Je conserverais aussi le match de la remontée, mais j’étais en training sur le banc donc je ne l’ai pas vécu aussi intensément que mes équipiers. Néanmoins, bien que je n’aie pas joué pendant le tour final, je peux dire que j’avais participé activement à la saison, je faisais partie du groupe. Il faut dire que j’avais déjà annoncé mon départ du club, néanmoins j’ai accompagné l’équipe lors de chaque match. L’esprit de groupe, c’est ce qui fait que des clubs sont grands. Chacun peut être sur le banc, il est normal de râler mais cela doit rester positif et constructif. Quelque soit ma situation, chaque fois que j’enfilais mon maillot zébré, c’était pour défendre mes couleurs et honorer mon club, sans me cacher. Donc, mon club revenait dans l’élite du football belge, c’était chouette et on a fait la fête. A cette époque-là, il y avait plus de joueurs régionaux, donc tu te battais aussi pour ton identité et ne pas décevoir les supporters que tu pouvais croiser dans ton village. De ce fait, on ne dormait pas à la veille d’un derby, Charleroi face au Standard, La Louvière ou l’Olympic, c’était de la folie. Aujourd’hui, qu’est-ce qu’un derby pour tous ces joueurs venus d’horizon différents ? » Pour les jeunes supporters qui n’ont aucun souvenir de Jean-Jacques Cloquet, à quel joueur actuel pourrait-on te comparer ? -« Sans aucune prétention, je me retrouve un peu dans le jeu de John Terry, l’emblématique capitaine de Chelsea. Ce n’est pas une vedette mais il a la bonne mentalité, c’est un guerrier. J’étais un serviteur du club, le gars, dur sur l’homme, qui se bat jusqu’au bout. »

Retour

rencontre

Prochaine rencontre
dimanche 31 mars 2019 à 14h30
Dernière rencontre
1 : 2
Résumé de la rencontre

 

Classement

CL
équipe
PTS
7.
K Saint-Trond VV
47
8.
KV Courtrai
43
9.
Royal Charleroi Sporting Club
42
10.
Royal Excel Mouscron
40
11.
SV.Zulte Waregem
33

Voir le classement

Partenaires

  • Pro imus
  • Groupe Gobert
  • QNT
  • Belfius
  • CAIROX
  • KAPPA
  • LaM.U
  • CAIROX
  • Megaram
  • HUPE
  • La gazette
  • VLAN
  • Adeps
  • select
  • Eurofinance
  • Adams
  • loxam rental
  • Car & trucs
  • Club RTL
  • Bel RTL
  • BouvyMotor
  • Shopping Cora
  • Pommerie
  • Espace car
  • Carlo & Fils
  • GTO
  • Wauters
  • Wauters
  • prosoccerdata
  • SIG Air Handling
  • Trace intérim
  • besix
  • groups