#Flashnews

K. Belhocine : Mes joueurs aiment ce genre de match…
12 septembre 2019

 

"On a pris le temps de récupérer, à la fin de la première semaine. Je trouve que les garçons sont très bien revenus, après ces deux jours et demi de repos. On a bien travaillé et on a essayé d’équilibrer entre le travail physique et le fait de revoir certaines choses. Pour les autres joueurs qui étaient retenus par leurs obligations nationales, ils ont eu l’occasion de jouer – un peu plus ou un peu moins – et on a pu retrouver tout le monde en bonne santé, c’est le principal.

Tous les joueurs sont sélectionnables, à priori. Tout le monde est bien revenu et on a fait ce qu’il fallait pour ceux qui se sont un peu perdus dans les aéroports. Normalement, aucun blessé n’a été recensé.

Le fait d’avoir de plus en plus d’internationaux, c’est une bonne chose. C’est un des signes forts qui montre que le Club a grandi.

Il a fallu s’ajuster et s’adapter, vis-à-vis du report du match, de la trêve, surtout, sur le plan physique. À part le fait que notre match contre Bruges a été ajourné, toutes les autres équipes ont dû également composer, avec cette interruption de championnat. Pour nous, en tant qu’entraîneurs, nous devons nous atteler à faire le mieux possible, notamment, dans les choses que l’on peut influencer, et puis nous devons nous conformer aux décisions qui sont prises, à ce niveau.

Au point de vue physique, les joueurs sont prêts. Durant cette semaine, j’ai vu de très belles choses. Les matches restent les matches, il y a des joueurs qui peuvent vous montrer des choses mais qui, par la suite, peuvent manquer, justement, de rythme des matches. Mais, voilà, tout le groupe est opérationnel et c’est le plus important.

Je m’attends à un match contre l’équipe Championne de Belgique qui a montré, la saison précédente ainsi que depuis le début de la présente compétition, qu’elle possède un bon potentiel avec de bons joueurs.

Ce sera une belle opposition. Je pense que mes joueurs aiment ce genre de match-là et, ce vendredi, ils devront montrer qu’ils ont la capacité de rivaliser avec une formation comme celle de Genk. C’est toujours, quand même, gratifiant de pouvoir se confronter à une telle équipe et c’est le propre d’un joueur de football de pouvoir prouver qu’il peut concurrencer les meilleurs.

Il est clair que Felice Mazzù connaît très bien l’équipe du Sporting de Charleroi mais, c’est le cas, aussi, dans le sens inverse. Ce seront des retrouvailles… J’espère que le meilleur l’emportera et si cela pouvait être nous, ce serait bien.

Je ne pense pas que ce soit le premier véritable grand test, pour Charleroi. Nous avons déjà affronté La Gantoise – qui, je crois, peut se classer dans les quatre premières équipes de notre Pro League. Et puis, ce ne serait pas juste d’affirmer ça.

Honnêtement, avant de commencer le championnat, on disait que l’on avait un début de saison très difficile, avec des matches face à Gand, à domicile, à Courtrai, contre l’Antwerp, et, maintenant, on devrait dire que c’est le premier grand test ? Je ne suis pas d’accord. Maintenant, si l’on tient compte de l’équipe définitive post-mercato, je considérerais que ce serait, plutôt, un gros match, avec l’équipe du Sporting telle qu’elle le sera, jusqu’au 31 décembre.

Il est évident que c’est un premier gros match, dans nos installations, face à nos supporters, et non un test. Mais les joueurs qui étaient déjà présents avant le mercato et ceux qui sont arrivés au terme de celui-ci ont envie de faire une bonne saison, ensemble, et auront l’occasion, en tout cas, je leur souhaite, de s’exprimer dans cette perspective.

Si l’on revient sur la physionomie de nos deux précédentes rencontres; à Zulte, nous avions effectué une bonne première période et on était mené au score. À Waasland, nous n’avions pas fait une mauvaise première mi-temps – je tiens à le préciser parce que j’en ai revu les images –, on avait la possession du ballon mais nos adversaires avaient très bien joué les contres et avaient obtenu plus d’occasions.

C’était il y a deux semaines. Depuis, on s’est entraîné, on s’est vu, on a travaillé – on a rigolé, aussi –, on a fait plein de choses. Sur ces deux matches-là, il y a des critères à améliorer et on s’y est attardé.

Maintenant, on va jouer contre Genk et, bien entendu, quand on veut gagner contre une équipe comme celle-là, il faudra que nous soyons bons, dans tous les compartiments du jeu, et d’une façon constante.

Avec les semaines qui passent, j’ai la nette impression que le groupe vit bien, ensemble, et que les joueurs ont l’envie de faire de bons résultats. À savoir si j’y ai apporté ma griffe, je n’aurais pas cette prétention. Nous sommes là pour accompagner les joueurs, pour essayer de leur apporter quelques petites choses, dans leur jeu, afin de progresser, ensemble. Le groupe évolue, moi, personnellement aussi, avec des hauts et des bas, dans le but, finalement, d’aller le plus haut possible.

Le fait que l’on constate et que l’on reconnaisse qu’il y a eu des résultats positifs, c’est gratifiant. J’ai l’impression que ce n’est pas l’avis de tout le monde. On pratique un métier où on ne sera jamais serein, parce que l’on doit toujours se remettre en question, etc… J’ai appris à connaître les gens avec qui je travaille, j’ai appris à connaître mon groupe – qui est un groupe particulièrement attachant. Malheureusement – ou heureusement, parce que c’est mon travail –, je dois effectuer des choix sportifs. J’ai des hommes – ou des garçons – qui méritent et qui ne peuvent pas débuter le match. J’en ai d’autres qui prouvent, chaque jour, qu’ils le doivent. Mais il est clair que depuis j’ai appris à connaître la maison, avec cette atmosphère familiale et conviviale, on travaille un peu plus sereinement.

Charleroi est un Club qui mérite d’avoir des bons résultats et que je me batte, continuellement, pour qu’il en soit ainsi."  

 

 

Retour

RCSC Mentions légales