#Flashnews

Charleroi - Genk : le débriefing
15 septembre 2019

 

Sans faire montre d’une objectivité exacerbée, on peut dire que les Zèbres se sont approprié le monopole du ballon, même après le 2-0 où ils auraient pu laisser l’initiative aux Limbourgeois et procéder par contres. Entre le fait d’attaquer et celui, de défendre, tout est une question de savant dosage. Qu’en pense Nicolas Penneteau ?

"C’est vrai qu’on l’avait, le monopole du ballon, et que tout se passait très bien pour nous, après le 2-0, mais, ça s’est vu sur le terrain, nous l’avons bien défendu. Ensuite, nous ne devions plus trop presser car Genk faisait bien circuler le ballon. Il fallait donc rester en bloc et ne pas concéder beaucoup d’occasions. Finalement, même en subissant un peu dans le jeu, on a été costauds et solidaires, on a fait "du Charleroi"."

Pour Modou Diagne, comme pour notre gardien, la bonne organisation collective et un esprit de cohésion doivent être, à nouveau, mis en exergue dans la conquête de ce joli – et mérité – succès au détriment des Champions en titre.

M.D. : "Notre force, c’est notre entraide, les uns vis-à-vis des autres. La solidarité est un atout très important et nous devons prendre exemple sur ce qui se passe dans les grosses équipes – comme Liverpool, par exemple – où ce paramètre est privilégié. Le football est tellement complexe et il suffit qu’il n’y ait qu’un ou deux joueurs qui ne soient pas dans le mouvement collectif pour qu’une faille apparaisse et profite à l’adversaire. 

N.P. : "On peut dire que, dans le dernier quart d’heure, ce sont la solidarité et la collectivité qui ont fait la différence. C’est grâce, aussi, à ces deux qualités qu’on s’en sortira. Il faut qu’on fasse des matches avec du combat, gagner les duels, et, après, on attaquera, on aura de meilleures situations pour déployer des actions offensives. Mais dans une saison, on a besoin de ces deux critères pour ramener des points."

Et il n’a surtout pas été question que le retour de Felice Mazzù ait eu une quelconque influence sur l’état d’esprit, avec lequel les Zèbres ont abordé la rencontre face à sa nouvelle équipe. Massimo Bruno le confirme : "Je ne crois pas que les circonstances liées au retour de notre ex-coach aient haussé la motivation de l’équipe à devoir, à tout prix, réaliser un résultat car on est toujours très motivé lorsque l’on joue, chez nous."

Les Zèbres ont essayé de maintenir un pressing haut, au retour des vestiaires, mais dès le 2-1, leurs opposants se sont montrés de plus en plus entreprenants… Nicolas Penneteau : "On a eu de très bonnes reconversions et on est resté bien concentrés afin de ne pas trop laisser le ballon à notre adversaire mais, après l’heure de jeu, c’est devenu plus compliqué. Nos opposants ont haussé leur niveau, ils ont fait rentrer un attaquant supplémentaire et ça nous a fait reculer. Le but encaissé nous a fait un peu mal et nous a perturbés."

Massimo Bruno rejoint son coéquipier dans cette remarque car, avec un apport de fraîcheur et quelques aménagements tactiques, les Limbourgeois, ragaillardis par leur réduction du score, avaient pris le contrôle de la possession : "Genk est une très bonne équipe et elle pratique un beau football. Ils l’ont, peut-être, fait un peu moins bien, en première période. On a su récupérer et se projeter plus facilement, vers l’avant. En seconde mi-temps, ils ont été plus performants et nous ont obligés à redescendre. On a beaucoup dépensé d’énergie, sur le plan défensif, et, offensivement, cela devenait difficile d’agir dans des reconversions."

Toutefois, les Carolos avaient à cœur de conquérir la totalité de l’enjeu, histoire d’offrir une splendide victoire à leurs supporters qui, comme à l’accoutumée, les auront formidablement soutenus, jusqu’au-delà du temps additionnel. Pour Nicolas Penneteau et Massimo Bruno, qu’importe le ballon, pourvu qu’on ait l’ivresse… du succès.

N.P. : "On n’avait pas envie, après avoir mené 2-0, de laisser revenir l’adversaire et de finir sur un partage. On s’est accroché et, quand il n’est resté que dix minutes, on s’est dit : "De toute façon, il faut tout donner, s’arracher, peu importe la manière." À ce moment, il n’y avait plus que les trois points qui nous intéressaient."

M.B. : "Plus les minutes passaient, après leur réduction du score, plus nous étions déterminés à garder notre avantage. On ne s’est pas posé de questions et on s’est focalisé principalement sur le fait de garder le résultat."  

Et à propos de ce dernier point, notre secteur défensif a répondu à l’attente même si tout reste perfectible. Modou Diagne : "Je dois continuer à travailler, aussi bien au niveau physique que tactique, et je dois encore mieux connaître les spécificités du championnat belge. En ce qui me concerne, les circonstances ont plutôt plaidé en ma faveur mais, en football, ça va très vite. Chaque semaine, au sortir d’un match, on doit se remettre en question. Ce soir, cela m’a réussi mais la semaine suivante, cela reste un autre combat avec, comme objectif, de le gagner en s’imposant dans les duels. Ça passe par le travail au quotidien, avec la mentalité de ne rien lâcher."

Tous les feux sont donc au vert pour la venue de Saint-Trond ? Il vaut mieux ne pas mettre la charrue devant… les Zèbres. Nicolas Penneteau et Modou Diagne en sont bien conscients…

N.P. : "Ça fait toujours du bien d’aligner deux succès consécutifs, c’est bon pour la confiance. Après, il faut qu’on ne soit pas trop confiant, non plus. Le match qui nous attend contre Saint-Trond, nous devons, déjà, l’envisager avec beaucoup de sérieux car c’est une très belle équipe, aussi, et on sait qu’il est toujours difficile de gagner deux fois de suite, à domicile. C’est très rare que l’on puisse prendre ainsi six points, sur deux matches. C’est un nouveau challenge qui s’ouvre à nous et j’espère qu’on va le relever."

M.D. : "Contre Saint-Trond, ce sera un match à assumer différemment.  On aura ce rôle de favoris qui ne me plaît pas, pour autant, car tous les matches sont difficiles. Mais on saura prendre ses responsabilités tout en prenant conscience que le match de la semaine prochaine sera plus difficile que celui-ci. Nous devrons être prêts à remettre le même couvert, à reproduire tout ce que nous avons fait de bien dans les précédents matches, et, dans ces conditions, ça devrait bien se passer."

Le décor du match face aux Canaris est déjà planté. Aux Zèbres de bien répéter leurs gammes, jusqu’à ce prochain samedi (18 h) et rester suffisamment concentrés afin de ne pas, eux-mêmes,… se planter.

Quand le Sporting s’élance… We Are Charleroi !

 

 

Retour

RCSC Mentions légales