#Flashnews

Rupel Boom-Charleroi : les interviews
26 septembre 2019

 

 Maxime Busi : "Il convenait d’aborder cette rencontre avec un maximum d’application."

"Si, sur la fin, j’ai dû laisser ma place, ce n’est juste qu’à cause du rythme, d’un manque de temps de jeu. Suite à un duel, j’ai eu un petit coup, dans le mollet. La crampe est vite arrivée, après. Mais, il n’y a rien de trop grave.

Dès l’entame du match, on a bien mis en place ce que le coach nous avait expliqué et on y a mis de l’intensité. On n’a pas pris cette équipe de Rupel Boom à la légère.

De toute façon, on sait qu’en Coupe, ce sont tous, des matches pièges. On le voit, chaque année, des équipes de D1 se font sortir par des clubs évoluant aux échelons inférieurs.

Donc, il convenait d’aborder cette rencontre avec un maximum d’application car aucun match n’est facile contre ce type de formation. Il faut le jouer pleinement, avec toute la concentration requise mais on arrive quand même à se faire peur en prenant ce but, juste après le 1-3. À ce moment, on a fait montre d’un relâchement coupable.

La fin de la première période a été un peu compliquée et nous sommes revenus sur le terrain, avec beaucoup de détermination, avec la volonté de nous imposer. L’égalisation de Laureys était un fameux avertissement et on avait compris immédiatement qu’il ne fallait surtout pas baisser le rythme. Au contraire, nous nous devions de l’accélérer. Ce n’est pas parce qu’on marque un premier goal qu’il faut diminuer d’intensité.

Le fait que nos adversaires soient revenus nous a bien fait comprendre qu’il fallait dérouler et inscrire un voire deux nouveaux buts. C’est ce que nous avons réussi à faire.

Cette équipe de Rupel Boom s’est montrée très volontaire et elle a poussé, jusqu’au coup de sifflet final, la preuve, avec cette réduction du score dans les dernières minutes. En fin de compte, il ne faut retenir que la qualification, c’est l’essentiel.

Bien évidemment, au Standard, ce sera un match d’un autre niveau mais, on ne va pas faire de complexe, on y va pour le jouer à fond. On va donner notre vie tout en étant attentif aux consignes de notre entraîneur.

À chaque fois, je me bats dans la perspective de mériter ma sélection. Durant ce match, j’ai bien senti que j’étais en manque de rythme mais je vais préparer la rencontre face au Standard comme si j’allais la disputer. Après, ce sera au coach à faire ses choix.

À partir du moment où j’ai su que j’allais commencer, et, que depuis le début de la saison, je suis sur le banc, j’avais vraiment très envie de me montrer sous mon meilleur jour. Dès qu’on va m’octroyer du temps de jeu, je ferai tout pour donner tout ce que je peux. C’est certainement cette envie de bien faire et de tout donner qui est à l’origine de mes petites crampes de fin de match.

Cette sélection nationale avec les U21 – où je me suis parfaitement intégré – a été une belle surprise et m’a fait très plaisir. C’est toujours une fierté et un honneur que de représenter son pays et de se battre pour ses couleurs. À partir du moment où on a tous le même objectif de se qualifier, que l’on est tous amoureux du football et quand on partage les mêmes idéaux, cela ne peut que bien se passer."

 

 

Dorian Dessoleil : "On a été bons dans les moments où on a scoré."

"Dimanche, contre le Standard, il faudra que l’on joue à un autre niveau. Ce n’est seulement pas à 100 % que l’on devra être, mais bien à 150 voire à 200 %, faire un gros match solide et avoir un état d’esprit, comme celui qu’on a pu montrer dans les précédents matches.

Ce n’est jamais évident d’aborder ce type de rencontre, dans de telles conditions. On a bien débuté le match. On a été bons dans les moments où on a scoré. Après, j’ai trouvé qu’on le prenait un peu à la légère, qu’on n’était plus au même niveau de jeu. Nous n’avons plus évolué à 100 % et dans ce cas, vous permettez à l’adversaire de revenir. C’est ce que Rupel Boom a très bien fait.

C’est vrai que l’on a eu des difficultés à tuer le match et quand notre adversaire est revenu, nous nous sommes remis, nous-mêmes, dans les difficultés. Pourtant, après le 0-1, ainsi qu’à 1-3 nous avons eu des opportunités pour le faire.

Maintenant, quand on évolue dans un petit stade, avec une ambiance bizarre, c’est sûr que ça se complique quand ils parviennent à inscrire un goal. Finalement, on s’en sort bien et on ne retiendra que la qualification.

C’était le souhait du coach de ne pas tout chambouler, dans l’équipe. À partir du moment où on a deux matches dans la semaine, en tant que professionnel, on a la capacité de le faire. C’était important, pour nous, d’avoir le rythme dans les jambes mais aussi, et surtout, de se remettre dans un état positif après notre revers face à Saint-Trond.

On n’a pas pensé à notre match au Standard, en se rendant à Rupel Boom. On voulait à tout prix éviter de se laisser piéger dans ce style de match."  

 

Retour

RCSC Mentions légales