#Flashnews

Standard-Charleroi : l'analyse des coaches
30 septembre 2019

 

 "Les joueurs avaient vraiment envie de faire quelque chose, ce soir…"

"Depuis des semaines, des mois, même, le Standard de Liège a montré, à domicile, qu’elle était une équipe très forte, très difficile à manier.

On n’y a pas dérogé. On avait besoin d’être organisés et d’avoir la possibilité, soit, de ressortir, quand on avait le ballon, en situation de reconversion, soit, de le garder quand nous n’étions pas dans cette situation, ce qu’on a eu du mal à faire.

En première mi-temps, nous avons hérité de deux ou trois occasions très franches et on parvient à marquer, sur la dernière, avant le repos.

Bien entendu, dans le jeu, le Standard nous a posé beaucoup de problèmes, notamment, lorsque leurs joueurs étaient excentrés, revenaient à l’intérieur et nous mettaient en difficulté entre les lignes. Nous avions donc concocté un plan afin d’endiguer et contenir cet état de choses.

Ce n’était qu’une seule partie du plan de jeu, en fait. Il y avait une autre partie de ce plan qui consistait à faire une meilleure utilisation du ballon, quand on était en possession et de faire le bon choix entre la reconversion – quand il le fallait – et, si la reconversion n’était plus possible, pouvoir garder le ballon et faire quelques combinaisons.

On ne l’a pas assez fait, aujourd’hui, parce que le Standard nous pressait très fort et qu’ils étaient dans un bon jour. Quand on a un plan, il arrive qu’une partie fonctionne et que l’autre fonctionne moins bien, grâce – ou à cause – de la qualité de l’adversaire.  

En seconde période, ils ont poussé, ce qui est, somme toute, normal quand on évolue devant son public. Cela devenait compliqué, toutefois, nous avons pu nous procurer, à nouveau, deux opportunités très nettes avec Núrio qui frappe sur le gardien et Mamadou Fall qui se retrouve en un contre un, le ballon étant finalement dévié par un réflexe extraordinaire de Bodart. Celui-ci a fait son travail et il l’a bien fait.

Malheureusement, on prend ce but en fin de match, sur coup franc… Maintenant, quand on regarde la physionomie de la rencontre, on a presté comme on devait le faire, comme le Standard l’a fait également. On pouvait être content avec un point, avant qu’elle ne débute.

Avoir mené au score, jusqu’au terme du match, fait qu’on est un petit peu déçu de l’issue finale mais cela n’empêche quand même pas le fait de féliciter les garçons qui ont fourni les efforts nécessaires et qui ont travaillé ensemble, avec solidarité – ce que j’ai constaté dans leur attitude, dans leurs courses et dans leurs gestes. Ils avaient vraiment envie de faire quelque chose, ce soir, ce qui est toujours gratifiant et touchant, pour un entraîneur."

"On s’est frotté à une organisation très solide de Charleroi."

"Je crois que ce match a été la copie conforme de celui de la saison passée, qui s’était terminé sur le score de 0-0.

On a essayé, comme d’habitude, de jouer, de créer et on s’est frotté à une organisation très solide.

En première mi-temps, il aurait fallu qu’on mette plus de rythme dans nos mouvements. On n’a pas réussi à emballer ce match, comme on aurait bien voulu le faire. Bien sûr, cela a avoir avec l’organisation de Charleroi. Cela a avoir, aussi, avec le peu de rythme qu’on peut mettre dans ce genre de rencontre. Le nombre d’arrêts a été très important. Donc, dans ce cas, il est toujours très difficile, pour une équipe, de mettre un rythme, dans le match.

Il y a également le fait qu’on n’a agi que par des combinaisons et qu’à certains moments, on aurait pu prendre appui sur Avenatti – qui n’est pas encore à son meilleur niveau. C’est quand même sa grande force. On ne l’a pas assez utilisée et on n’a pas assez varié notre jeu. On l’a mieux fait, par après.

En deuxième mi-temps, on a produit plus et, dans ces conditions, on peut s’exposer à certains contres. Malgré tout, de notre côté, on s’est créé, aussi, des possibilités qui auraient pu nous valoir une égalisation beaucoup plus rapide.

Je ne sais pas ce que vous avez entendu, de la tribune de presse mais, pour ma part, sur le but, j’ai entendu un coup de sifflet de l’arbitre, juste avant que le ballon n’entre. Donc, on croyait qu’il y avait faute. Beaucoup de mes joueurs l’ont entendu, aussi. L’arbitre, lui, a dit qu’il n’avait pas sifflé.

C’était assez surprenant, comme le fait qu’on ne joue que cinq minutes de temps additionnel, avec le nombre d’arrêts de jeu qu’il y a eu. Le seul match où on a vraiment respecté le temps de jeu complet, c’était celui que nous avions perdu, à Saint-Trond, où on avait ajouté huit minutes. Je crois que ces huit minutes auraient été nécessaires, ce soir, vu le nombre d’arrêts de jeu et le nombre de changements, en seconde période.

Mais l’équipe est allée jusqu’au bout des choses. Elle a réussi, malgré tout, à égaliser. Elle a même voulu aller chercher cette victoire, dans les dernières minutes et, sans un sauvetage miraculeux de Diagne – je pense –, sur la tête de Zinho Vanheusden, on l’aurait emporté."      

 

Retour

RCSC Mentions légales