#Flashnews

Charleroi-Anderlecht : Le débriefing
07 octobre 2019

S’il y a bien une phrase qui résume parfaitement la raison principale qui a orienté la physionomie du match et influencé son issue, c’est celle par laquelle notre coach s’exprime quant au défaut de concrétisation sur les actions offensives que ses joueurs ont pu se procurer.

Alors que les Carolos étaient bien entrés dans leur match, Verschaeren surgit, peu après les dix premières minutes, pour mettre sa formation en confiance, sous le regard très attentif de Franky Vercauteren.

Le jeune joueur de 18 ans, originaire de Sint-Niklaas, a vraiment un profil atypique dans le système de jeu anderlechtois. Et ce dernier vendredi, il a fait fort en se montrant particulièrement omniprésent et déterminant.

Ses accélérations, ses appels, ses démarquages et ses changements de position ont fait très mal car, tantôt, on le retrouvait à son poste d’ailier droit – pour lequel il avait été aligné, pour ce match, comme il l’avait déjà été à Courtrai (certes, avec un peu moins de succès, au décompte final) et face à Waasland-Beveren – tantôt à gauche, comme il l’avait été, la saison passée, à Ostende et au Standard – en phase classique –, et contre l’Antwerp lors des PO.

C’est justement de sa progression et de son infiltration, sur l’aile gauche, que fut amenée la phase, à l’origine du 0-1. Peu après, il reprit sa place initiale afin de permettre à Chadli de s’octroyer des possibilités en un contre un, c’est ce qui se passa sur l’énorme occasion de la 23’ que Nicolas Penneteau annihila en anticipant correctement.

Le début du troisième quart d’heure de la première période fut, à nouveau, à l’avantage des Mauves lorsque Massimo Bruno adressa une passe lumineuse dont Mamadou Fall tira pleinement profit pour placer, très habilement de la tête, le ballon à ras du premier poteau de Van Crombrugge.

Le, ou plutôt, les tournants du match se situèrent dans le premier quart d’heure de la seconde période durant lequel Massimo Bruno – par deux fois – et Shamar Nicholson ne purent compter sur le petit brin de chance pour bien cadrer leurs essais… Soulignons, au passage, l’excellente sortie de Van Crombrugge qui fut certainement significative, sur la grosse occasion de la 51’, quand il vint à la rencontre de notre médian offensif pour réduire – suffisamment – l’angle de trajectoire de sa frappe.

Dans ce genre de situations, il arrive souvent que la pièce tombe de l’autre côté et que le petit brin de chance, en question, sourie à votre adversaire…

À la 64’, Chadli n’attendit pas que la caravane zébrée passe définitivement pour, cette fois-ci, bénéficier d’un maximum de réussite et voir son ballon atterrir dans les filets de Nicolas Penneteau, après qu’il fût involontairement dévié…

Karim Belhocine tenta le tout pour le tout en introduisant successivement Kaveh Rezaei, Ali Gholizadeh et Franck Tsadjout – dont ce furent les premières minutes de temps de jeu dans une rencontre officielle, au sein du noyau de l’équipe A.

Laissons-lui le soin de conclure ce débriefing : "Je compte atteindre un niveau qui pourra me permettre de devenir titulaire et de répondre, avec enthousiasme, aux sollicitations de mon coach lorsqu’il aura besoin de mon concours. Je vais faire ce qu’il faut afin d’être disponible. J’avais pu effectuer l’après-saison avec l’AC Milan afin d’arriver à Charleroi, dans les meilleures conditions possibles. Progressivement, je vais persévérer. Mon objectif est, bien entendu, de collaborer un maximum et de faire les sacrifices nécessaires au bien et au profit de l’équipe. Ce que Victor Osimhen a réalisé, la saison dernière, est un très bon exemple de ce que j’espère apporter. Je ne me pose pas de limites, j’escompte obtenir et donner le plus possible…"

Retour

RCSC Mentions légales