#Flashnews

FC MALINES-CHARLEROI : Un peu d'histoire
31 octobre 2019

 

N’importe quel club qui se rend derrière les Casernes a intérêt à ne pas rester prisonnier du système tactique ou de l’animation prôné par le FC Malines et de la pression exercée par son fantastique public.

Dimanche, sur le coup de 20 heures, c’est ce que les Zèbres devront absolument bien contrôler s’ils veulent continuer sur leur lancée.

Excepté la raclée 0-5, à domicile, des œuvres de l’actuel autoritaire leader de notre championnat et le 1/9 (à l’instar des Zèbres) engrangé de la 5ème à la 7ème journée – dont une défaite subie 3-0 à la Ghelamco Arena –, les troupes de Wouter Vrancken affichent un excellent résultat de… 23 points sur 39 concocté sur base, notamment, de 3 victoires à domicile (à chaque fois par le score de 3-1) et 4 victoires à l’extérieur de l’AFAS Stadion.

Lors de leurs cinq dernières saisons qui se sont étalées sur sept confrontations, les Carolos sont revenus, à trois reprises, avec la totalité de l’enjeu pour deux partages et deux revers.

Tous les pronostics sont donc permis mais on peut se montrer résolument optimistes sur les chances d’un quatrième succès consécutif.

Comme notre Coach Karim Belhocine l’avait souligné justement en conférence de presse d’après-match à Ostende, il faut surtout garder les pieds sur terre et ne pas céder à un excès de confiance. Avec les préceptes de solidarité et d’humilité qui sont les leurs, les Zèbres ont toutes les qualités requises pour réaliser, à nouveau, une performance de choix, en déplacement, chez un concurrent direct.

Si le FC Malines se classe dans le Top 5 (à égalité avec La Gantoise et Courtrai) des meilleures divisions offensives du pays, le Sporting de Charleroi, quant à lui, peut se targuer de figurer parmi les cinq meilleures défenses (à égalité avec Anderlecht) du Royaume.

On est en droit de s’attendre à un match qui peut se jouer sur des détails, en tirant profit, comme cela a été le cas ce dernier mardi, d’une reconversion rapide qui constitue l’un des atouts efficaces des Carolos de ce premier tiers de compétition, mais d’un autre côté, il conviendra également de veiller à ce qu’un déchet ou une phase arrêtée ne leur soit néfaste.

En tout cas, le noyau des Malinois regorge de joueurs capables, à tout moment, de faire la différence, comme les attaquants William Togui et l’éternel Igor de Camargo (8 buts à eux deux) mais aussi en la personne d’une vieille connaissance, le sympathique Onur Kaya (dont on n’oublie pas le passage sous nos couleurs, de juillet 2010 à fin 2013) qui est actuellement le meilleur donneur d’assists (5) de sa formation.

 

Retour

RCSC Mentions légales