#Flashnews

SAINT-TROND - CHARLEROI : UN PEU D'HISTOIRE
21 novembre 2019

 

Depuis son retour en D1, à l’aube de la saison 2015/16, l’équipe de Saint-Trond n’a jamais cessé d’améliorer son goal-average.

D’une différence de -19, elle est passée à -13 au terme du championnat 2016/2017. Si la défense a quasi autant encaissé (48 buts au lieu de 47), la production offensive, quant à elle, a enregistré une augmentation de 25 % ! En 2017/18, si les attaquants se sont montrés moins concrets, c’est, cette fois-ci, la défense qui a été plus performante en affichant une meilleure solidité par rapport à l’exercice écoulé (-15 % de buts concédés).

Incontestablement, c’est au terme de la Pro League 2018/19 que les Limbourgeois se sont véritablement révélés aux yeux des observateurs avisés avec une différence positive de +11 (1,2 but encaissé par match), la nette conséquence d’une activité prolifique au sein d’un secteur offensif très inspiré avec 47 buts marqués, soit un boni de 62 % par rapport au chiffre (29) de 2017/18.

Si l’on voit mal Saint-Trond égaler son score de l’année dernière (ses joueurs n’ont inscrit que le tiers du total des buts au bout de la phase classique 2018/19 alors qu’on est déjà à mi-parcours), il ne faut surtout pas sous-estimer ses artilleurs, parmi eux, Suzuki, Botaka et Boli (à la réalisation) ainsi que De Bruyn et Acolatse (aux assists) qui avaient été les pourfendeurs trudonnaires à l’origine du premier revers de nos Zèbres, au match aller, sur leur terrain. 3 buts, qui plus est, en 4 tirs cadrés, il y avait de quoi engendrer une frustration légitime dans les rangs carolos par rapport à leurs 10 frappes ciblées, d’autant plus qu’ils avaient provoqué 12 coups de coin pour 2 à leurs adversaires…

Les Limbourgeois ont beau être la 5ème moins bonne formation dans leurs installations, il conviendra de ne pas se présenter en smoking sur le synthétique du Stayen.

Au contraire, c’est du bleu de travail que les Zèbres devront se parer pour venir à bout des troupes de Marc Brys bien décidées à conquérir un troisième succès à domicile afin de se rapprocher de la première moitié du classement.

Au cours du premier tour de compétition, le coach trudonnaire a eu le plus souvent recours à une défense à trois, avec un entrejeu peuplé à quatre, cinq voire à six joueurs dont deux en soutien au seul attaquant de pointe, comme il l’avait fait contre Waasland. Mais s’il veut créer plus le danger, il faudra sans doute s’attendre, à moins d’une contrariété de dernière minute, à ce qu’il aligne son duo d’attaquants Boli/Suzuki.

11 buts à eux deux (respectivement 8 pour Boli et 3 pour Suzuki) sans oublier les acteurs nommés ci-avant qui avaient marqué, de leur empreinte, le match du 21 septembre… Voilà matière à réflexion pour nos Zèbres qui savent ce qu’il leur reste à faire pour mettre toutes les chances de leur côté !
 

Retour

RCSC Mentions légales