#Flashnews

#ROBERT ROOSBEEK : IN MEMORIAM
03 février 2020

 

Bonjour Robert !

Comme l’excellent gardien de but que tu étais, tu n’as pas perdu tes bonnes vieilles habitudes lorsque tu défendais le domaine de ton cher Sporting ! Tu as anticipé ta sortie comme tu le faisais jadis quand tu quittais ton petit rectangle pour te jeter – toujours avec autant de brio et de sobriété – dans les pieds des attaquants les plus chevronnés. 

De Robertmont – ça ne s’invente pas – tu as choisi toi-même ton départ vers le ciel étoilé sur un chemin balisé en noir et blanc.

Le noir et le blanc, les couleurs que tu as gardées tout au long de ta vie et que tu as choisies pour l’éternité.

Maintenant, depuis que tu te sens beaucoup mieux, tu vas pouvoir continuer à suivre les résultats de ton Club de cœur, confortablement installé sur ton beau petit nuage.

On sait très bien que tu n’as jamais voulu attirer les projecteurs sur toi. Pourtant, ceux de ton Mambourg adoré étaient suffisamment puissants pour éclairer tous tes exploits.

Et pour cause… Ton style était unique et incomparable, teinté de subtilité mais aussi d’une saine agressivité afin de déjouer les schémas offensifs les plus élaborés. Tu savais comment t’y prendre pour faire jaillir la clameur des tribunes et soulever l’enthousiasme de tes plus fervents supporters…

Pourtant, cela n’a pas toujours été facile, lorsque tu es arrivé à Charleroi, à l’aube de la saison 72-73. Tu avais dû faire ta place entre deux autres très grands portiers de légende du RCSC, Daniel Mathy et André Sumera.

Le contexte n’était pas idéal… Le Sporting venait de descendre en D2 suite à de tumultueuses péripéties administratives dont il n’était en rien responsable. Malgré une très bonne saison, entouré des Delin, Jacucha, Termolle, Verbist, Van Toorn, Gorez, Jacobs et consorts, tu n’eus pas l’opportunité de faire découvrir tes qualités aux formations de l’élite, le Sporting échouant à un point de Waregem – le second montant et vice-champion du SK Beveren –, alors que la division offensive zébrée avait été la plus prolifique du championnat !   

En 73-74, alors qu’il occupait la 6ème position fin janvier, le Sporting dégringola à l’approche des deux tiers de la compétition pour la terminer 13ème. Toutefois, il bénéficia d’une promotion par le biais du passage du Club au statut professionnel, à l’instar des dix-neuf autres appelés à composer le nouveau paysage d’une D1 élargie à vingt clubs. Entre-temps, tes prestations personnelles n’en souffrirent pas, que du contraire, puisque tu attiras l’attention de Raymond Goethals pour figurer dans la sélection de l’équipe "A" des Diables Rouges et, même, disputer une rencontre officielle avec les "B" !

Tu ne découvris donc la D1 qu’à l’orée de la saison 74-75 durant laquelle tu fus quasi tout le temps aligné (37 des 38 matches joués) et une ultime en 75-76 où tes titularisations dépendaient de la disponibilité et de la forme d’André Sumera.

Et puis, tu regagnas ta Principauté natale, un retour aux sources, en quelque sorte, mais qui ne t’éloignera jamais de ton attachement au Pays Noir. Un Pays Noir qui t’avait apprivoisé comme l’un de ses propres fils…

Avant de te dire au revoir, voudrais-tu bien, Robert, nous rendre un petit service qui nous tient à cœur ? N’oublie pas de remettre les compliments de la grande famille du Sporting de Charleroi à tous ceux que tu reconnaîtras et qui n’ont pas choisi de te précéder sur le chemin du Ciel…

Comme eux, tu resteras à jamais dans notre mémoire et, avec la bénédiction de Saint-Pierre, autorise-toi, une petite sortie de temps en temps !

Retour

RCSC Mentions légales