#Flashnews

LAZARE AMANI : "Au Sporting, on sent que c'est une famille."
06 février 2020

 

Avec beaucoup d’humilité et de simplicité, Jean Thierry Lazare Amani nous a évoqué son parcours jusqu’à son arrivée chez nous… Une belle histoire qu’il nous a fait partager en toute sincérité.

Quelles ont été tes premières impressions en arrivant au Sporting ?

"Mes premières sensations sont bonnes. Tout le monde est solidaire, chaleureux et accueillant, au sein du groupe. On sent vraiment que c’est une famille et je me suis tout de suite bien intégré."

Pour toi, venir à Charleroi, c’est franchir une étape supplémentaire dans ta carrière ?

"J’ai été très content que le Sporting de Charleroi s’intéresse à moi. C’est une équipe du haut de tableau, au-dessus de là où j’ai joué. C’est une très bonne opportunité pour mon apprentissage et ma progression. Depuis un certain temps, je pensais au fond de moi que le moment était venu, en effet, de franchir une étape supplémentaire, de découvrir et d’apprendre d’autres choses."

En quittant Eupen, as-tu regretté que les choses ne se sont pas passées comme tu l’aurais bien voulu ?  

"Effectivement, j’ai été un peu triste que mon jeu n’a pas pu atteindre un niveau plus élevé. Et ce n’est pas parce que les conditions n’avaient pas été réunies… Seulement, en interne, il y a plein de choses qui se passent. En ce qui me concerne, je sais bien qu’à chaque fois que l’on me sollicitait, j’essayais de donner le maximum pour l’équipe. J’estime que j’ai fait ce que je devais faire."

Tu peux jouer à plusieurs places mais quelle est celle que tu préfères ?

"J’ai les capacités pour jouer à différents postes mais celui où je me sens le mieux, c’est dans le milieu du jeu. C’est là que j’ai été formé et que je suis le plus à l’aise."

Te considères-tu plutôt défensif, offensif ou un mix des deux ?

"Un mix des deux serait l’idéal bien que je sois plus attiré vers une position plus offensive."

Aller saluer une dernière fois tes ex-coéquipiers, c’est quelque chose qui te tenait à cœur…

"Je tenais à leur dire au revoir, c’est quelque chose de très important pour moi car lorsque l’on se sent aimé et apprécié, qui plus est, dans une bonne ambiance, ce sont de bonnes conditions pour se lâcher et ensuite donner le meilleur de soi-même."

Ta progression a été freinée par une blessure qui t’a tenu écarté des terrains…

"La saison passée, j’ai connu quelques petits problèmes physiques à la cheville. C’est la raison pour laquelle j’ai joué un peu moins mais cette année, je m’attendais à être appelé plus souvent. Après, c’est le coach qui fait ses choix et je n’avais pas à les discuter."

Estimes-tu déjà avoir apporté ce dont tu espérais, dans la mesure de tes qualités ?

"Déjà au cours de ma première saison à Eupen, je savais que j’étais capable de donner plus. Mais au fil du temps, je me sentais de mieux en mieux dans la tête et je savais que ça allait venir. Depuis mon arrivée en Belgique jusqu’à présent, je ne suis pas satisfait à 100 % de mon évolution sur le plan footballistique. Par contre, sur le plan mental, j’ai appris beaucoup de choses et j’ai grandi. En tout cas, j’espère que le déclic va se produire ici dans mon nouveau Club."

Tu vas être en concurrence avec Ryota Morioka, Marco Ilaimaharitra… Assurément, ce sera un plus pour toi d’être à leurs côtés…

"Bien sûr, on apprend toujours au contact de ses partenaires mais mon seul concurrent, c’est moi-même. Je ne me vois pas en concurrence avec qui que ce soit, pour la bonne et simple raison que je veux me dépasser, faire encore mieux que ce que j’ai fait la veille…"

Enfin, quelles ont été les étapes afin que tu franchisses les portes de l’Aspire Academy ?

"À l’Aspire Academy au Sénégal, j’ai hérité d’une très bonne formation dans un très bon environnement où on s’entraînait deux fois par jour. On a eu tout le temps pour se développer et grandir dans un contexte où il n’y avait que le football qui comptait. J’avais été repéré dans ma ville natale, lors de tests que l’Académie organisait dans plusieurs villes du pays. Et puis, j’avais été retenu à des tests finaux, pendant trois jours, à Abidjan où cinquante autres joueurs avaient été également conviés. Finalement, j’étais dans les quatre derniers joueurs invités à rejoindre d’autres joueurs sélectionnés et à participer à d’autres tests préalables qui donnaient accès à l’Aspire Academy au Qatar. Et de là, j’ai abouti à Eupen où ils me voulaient absolument dans leur équipe…"

Retour

RCSC Mentions légales