#Flashnews

K. Belhocine : "Fier d'être l'entraîneur de cette équipe".
08 mars 2020

 

"Nous avons rencontré une équipe de La Gantoise avec toutes les qualités qu’on connaît et, surtout, à domicile.

On est rentré dans ce match avec de bonnes intentions. J’ai demandé à mes joueurs d’essayer de commencer ce match comme s’ils le jouaient chez nous, en allant et en défendant vers l’avant, en tâchant de mettre la pression, malgré les atouts techniques de cette formation.

Après l’entame du match, on s’est créé quelques occasions et on a ouvert le score. Les Gantois nous ont mis en difficulté et, ensuite, nous avons obtenu ce penalty.

Par après, nos adversaires ont poussé mais, de notre côté, nous avons bien défendu. On a eu ce but extraordinaire de Mamadou Fall sur corner et puis, ce dernier penalty au moment où les Gantois étaient réduits à dix. C’est devenu plus difficile pour eux et plus ouvert pour nous.

Pour être honnête, sur le 0-3 de Mama, nous n’avions pas travaillé cette forme de corner. Le fait de le libérer comme ça, ce n’était pas recherché. Il y avait eu un premier duel avec Shamar Nicholson et comme c’était un second ballon, c’est toujours plus dur à défendre pour l’adversaire. C’est ainsi qu’il se retrouve seul.

Mama est un garçon surprenant. De temps en temps, il vous met un but comme ça, venu d’ailleurs, et quand il le fait, si vous le connaissiez, vous seriez tellement contents pour lui…

Avant le match, j’avais dit à mes joueurs que, peu importe l’adversaire, il fallait tout donner. Ils avaient l’occasion de battre deux records. Le premier, par rapport à cette saison, du fait que La Gantoise, toutes compétitions confondues, n’avaient pas perdu le moindre match dans ses installations, et, le second, d’un point de vue historique, qu’ils pouvaient obtenir un total de 54 points, un total que le Club n’avait jamais pu comptabiliser à ce stade de la compétition, depuis son existence.

Les joueurs avaient vraiment envie de le faire ensemble. C’est une équipe de copains qui a envie de repousser les limites chaque semaine. Je suis fier d’être l’entraîneur de cette équipe.

Ce soir, il faut tirer un grand coup de chapeau à Modou (Diagne). Rentrer comme cela, à froid, dans un match comme celui-ci plein d’intensité, en défense centrale et faire ce qu’il a fait, je dis bravo.

Comme on l’a déjà connu par le passé avec la blessure de Cristophe (Diandy) et celle, plus récente, de Massimo (Bruno), on s’entraîne très dur de telle façon que tout le monde reste concerné. Quand les autres joueurs ont l’occasion de prouver qu’ils ont, eux aussi, le niveau de l’équipe et ce qu’ils peuvent apporter, ils le font. Quand ça va comme ça… Je ne sais plus quoi vous dire, sauf qu’ils sont très aidés par leurs coéquipiers quand ils sont appelés à jouer. Ils se sentent bien dans le groupe et, de cette façon, c’est plus facile de rentrer dans un match.

Nous venons d’avoir affaire à deux très bons adversaires en fournissant, de notre part, des prestations abouties. La semaine dernière, nous avons fait un gros match à domicile. Et ici, on a pu réaliser une bonne performance. Il n’y a pas de classification à faire, juste se servir des bonnes choses et essayer d’avancer.

J’avais eu une discussion avec le groupe suite à notre déplacement au Club de Bruges. Je leur avais dit que, si nous voulions passer un palier, il fallait réussir à être constant – même si ce n’est pas le cas pendant 95 minutes car l’être humain ne peut pas le faire – mais aussi être consistant et répéter les efforts pendant les deux mi-temps.

Je pense que les joueurs ont fait, durant ces deux derniers matches, ce qu’on leur a demandé. C’est bien d’être constant pendant les deux mi-temps mais il faut l’être également, match après match.

Nous allons essayer de gagner notre prochain match contre Courtrai. Dans les PO 1, toutes les équipes seront prêtes et nous le serons également. Ce ne seront que des matches difficiles, contre les plus grandes équipes du Pays. On essaiera de prendre match par match et le plus de points possibles – sans prétention mais aussi sans se fixer de limite –, de faire le maximum et puis on verra où cela nous mène.

C’est normal que chacun regarde son équipe mais je voudrais profiter pour dire qu’en fonction de ce que j’ai pu entendre, si Charleroi gagne, c’est parce qu’il a été bon, qu’il a fait de bonnes choses et pas seulement parce que l’adversaire a été moins bon. C’est par respect par rapport à mes joueurs. La semaine dernière, si l’on a gagné, c’est parce qu’on a été très bon et pas parce que le Standard a été moins bon. Et, cette semaine, je pense que les joueurs ont été très bons aussi."

 

Retour

RCSC Mentions légales