#Flashnews

MOUSCRON - CHARLEROI : la 3ème mi-temps
28 septembre 2020

  

Tout le monde connaît la célèbre citation du verre à "moitié-plein, à moitié-vide". Comme nous sommes dans la catégorie des optimistes, nous ne retiendrons que celui à moitié-plein, en estimant que les Zèbres – même s’il est légitime qu’ils aient retiré une quelconque déception compréhensible de ce partage – ont finalement récolté un bon point face à une équipe mouscronnoise qui a toutes les ressources pour se débarrasser de la lanterne rouge.

Et comme nous, Karim Belhocine fait partie de ceux qui préfèrent voir le bon côté des choses : "Un partage à l'extérieur, ce n'est pas un mauvais résultat. On pourrait être déçus… Non, nous ne le devons pas. Nous restons invaincus et cette équipe de Mouscron a montré une fois de plus qu'elle dispose de bonnes qualités et qu'elle a des ressources physiques et mentales."

Ensuite, certains déduiront que les Zèbres avaient encore dans les jambes les séquelles de leur qualification européenne qu’ils avaient âprement et méritoirement décrochée après un éprouvant labeur de cent vingt minutes, il y a à peine quatre jours…

Ce n’était pas l’opinion de Karim Belhocine d’autant plus que ses joueurs avaient abordé cette rencontre de championnat avec le meilleur état d’esprit : "J'ai trouvé que mes joueurs avaient bien récupéré et eux aussi se sentaient bien. Quand on joue en Coupe d'Europe, on peut penser que l'équipe n'a pas la bonne mentalité pour un match de championnat. Ce soir, je n'ai pas vu cela. J'ai vu des gars qui ont essayé face à un adversaire valeureux."

Effectivement, nous pouvons également confirmer les propos de notre coach : cette équipe de Mouscron est très loin d’avoir abandonné toute ambition. Fernando Da Cruz avait conçu un plan audacieux avec un 3-5-2 qui a été bien appliqué par ses joueurs en reconversion offensive et un système bien hermétique, laissant très peu d’espaces, lorsque les Carolos avaient la possession.

L’analyse de Karim Belhocine est tout aussi réaliste : "Nous avons essayé de créer face à une équipe bien organisée. En deuxième mi-temps, nous avons tenté de reprendre l'avantage. Nous n'avons pas réussi car face à nous, nous avions un bon bloc, de la solidarité et un bon gardien."

Nous nous permettons d’intensifier l’éloge de Koffi : c’est même un très bon gardien qui, à coup sûr, fera parler de lui dans très peu de temps et qui a toute l’étoffe pour gravir les échelons et évoluer au plus haut niveau. Pas étonnant qu’il ait retenu l’attention de Marcelo "El Loco" Bielsa – qui ne jurait que par ses prestations de haut vol (quelle belle métaphore !) et ses réflexes étourdissants – lors de son séjour au LOSC en 2017.

Par ailleurs, Modou Diagne effectuait son retour aux côtés de Dorian Dessoleil, lui qui n’avait plus eu la possibilité de disputer un match officiel depuis le 7 mars 2020, lors de la dernière plantureuse victoire des Zèbres acquise à la Ghelamco Arena, pour le compte de la défunte saison 2019-2020, peu avant le début de la crise sanitaire. Il était intéressant de savoir quelles avaient été ses sensations :  "Durant ces dernières semaines, nous avons pris de la confiance. Cela passe par l'entraînement, le travail et la concentration, des tâches qui ont été les miennes pour ce match où j’ai essayé d’aider l’équipe au mieux. Lorsque vous êtes en bas de classement, vous jouez les matches à fond pour essayer de vous en sortir. Nous savions, en venant à Mouscron, que cela allait être compliqué et que leurs contres pouvaient nous mettre en difficulté. C’est ce qui s’est passé."

Les Zèbres n’ont pas à rougir de ces deux premiers points perdus. Karim Belhocine l’a déjà affirmé à plusieurs reprises par le passé : quand on ne peut pas gagner, l’important, c’est de ne pas perdre. Et ce dernier verbe, il conviendra d'essayer de le bannir le plus longtemps possible du petit Larousse zébré…

Par le petit bout de la lorgnette : nous ne mettrons pas cette fois-ci une prestation particulière en lumière. Nous nous attarderons simplement sur quelques menues données statistiques. Il n’a pas été difficile de constater que les Zèbres s’étaient approprié la possession (plus de 70 % de moyenne sur les deux périodes) – tout au long d’un match où la fluidité s’estompait de part et d’autre, la faute à une pluie battante et à un terrain qui n’avantageait pas le beau jeu – et qu’ils s’étaient montrés beaucoup plus présents devant le but en seconde mi-temps, totalisant la bagatelle de 14 tirs pour 2 à leurs adversaires – dont 4 cadrés pour 0 aux Mouscronnois. Les Carolos n’ont malheureusement pu tirer profit, aussi, de leurs six coups de coin et malgré qu’ils aient été nettement plus productifs sur le plan offensif, les courageux Hurlus, quant à eux, développèrent quelques contres rapides et percutants de bonne facture.  À ce propos, un vieil adage sportif n’enseigne-t-il pas qu’il ne suffit pas de dominer pour s’imposer ? Et parfois, qu’il est conseillé de reculer un peu pour mieux sauter le prochain obstacle ? Que ces deux préceptes puissent aider nos Zèbres à aborder leur prochaine échéance européenne dans les meilleures conditions !

Retour

RCSC Mentions légales