#Flashnews

Croky Cup La Gantoise - Charleroi : la 3ème mi-temps
11 février 2021

Le débriefing :

Le dénouement malheureux de ce 1/8ème de finale procure vraiment une amère sensation de "déjà-vu". Que se passe-t-il dans le cerveau d’un joueur ? Il est vrai que, sur la durée d’une rencontre, il emmagasine une grande quantité d’informations visuelles et vocales.

Cela a été examiné scientifiquement d'une manière globale : le cerveau – humain comme celui d’un joueur – gère toutes ces informations pour les collecter et les enregistrer en un seul instant. Lorsque cette sensation de "déjà-vu" s’installe, cela signifie qu’une donnée a été engrangée avec un décalage et que le cerveau la traduira comme une action différente. Au terme de cette interprétation, l’impression de "déjà-vu" est nettement ressentie par l’intéressé.

Au cours de cette deuxième période, que s’est-il donc tramé dans les méninges zébrées ? Au lieu d’enfoncer le clou, on a laissé nos adversaires planter les leurs… Et trois, s’il-vous-plaît, comme les trois changements – fatidiques pour les Carolos – effectués par Hein Vanhaezebrouck à la 73’. Un 3, encore, et celui-ci en trois dimensions  personnifiées par Tissoudali, Dorsch et, last but not least, ce diable d'Odjidja  qui se sera révélé un chiffre spectral pour les troupes de Karim Belhocine, aussi bien en championnat que, désormais, en coupe…

Permettons-nous de répéter cette question lancinante : qu’ont pu bien mijoter ces mêmes jugeottes, sur le plan tactique, au moment de ces trois montées au jeu simultanées qui eurent l’audace mais aussi l’intelligence de semer le doute dans leurs esprits et – carrément – d’infecter leur très bonne organisation défensive de la première mi-temps ?

Les Zèbres n’auront que des regrets de n’avoir pu faire fructifier un viatique faute de malchance mais aussi de réalisme. Alors qu’ils auraient pu largement mener 0-3 après 20 minutes, ils paient à peu de choses près le même tarif en moins de temps qu’il ne faut pour terminer un débrief… Snif snif.

"Pleurer, ça sert à rien"... Et c’est tant mieux car Bruges est déjà sur notre chemin…

Les réactions...

Karim Belhocine :

"On fait une bonne première mi-temps, on ouvre le score très vite et on se crée pas mal de situations franches pour faire le 0-2. En seconde mi-temps, on est revenu moins bien et eux, surtout, étaient mieux que nous. On a commencé à reculer tout en réussissant toutefois à se procurer d’autres opportunités et le but que nous inscrivons me semble valable.

Je ne sais pas si les joueurs ont pensé au break qu’ils n’ont pu faire mais lorsque vous menez très tôt dans la rencontre et que vous vous octroyez des situations nettes de mener 0-2 ou même 0-3, vous vous exposez à ce genre de situation.

On a voulu pousser en seconde période pour aller chercher ce second but qui nous a été refusé. C’est vraiment très bizarre car on a laissé continuer l’action comme si le VAR était présent…

On doit réagir en tant que professionnel : ce soir, c’était une autre compétition et elle est définitvement derrière nous. On a l’occasion prochainement de défier la meilleure équipe en Belgique dans une nouvelle compétition qui, par contre, continue et où tout reste possible..."


Massimo Bruno :

"On voulait mettre le second but en première mi-temps, on s’est créé des situations mais on n'y est pas arrivé. On sait que les choix et derniers gestes n'ont pas été toujours judicieux mais on est resté positifs en ne se faisant aucun reproche sur les mauvais choix effectués.

À la mi-temps on savait ce qu’il fallait faire mais l’équipe de Gand fut nettement meilleure et nous avons malheureusement reculé et subi. On a d'ailleurs subi sans plus pouvoir être dangereux devant. Nous n'étions plus pareils.

On est très frustrés comme la semaine passée. On peut revenir sur tout et n’importe quoi, c'est inutile puisque cette compétition est terminée. 

Pour ma part, je me suis senti bien en première période mais ce fut plus difficile en deuxième. Plus je jouerai et plus le rythme reviendra, avec le temps...

Retour

RCSC Mentions légales