#Flashnews

WAASLAND-BEVEREN - CHARLEROI : la 3ème mi-temps
22 février 2021

Sur la pelouse du "Frite-huile", la mayonnaise des Zèbres n’aura pris que 35 minutes alors qu’avec de meilleurs choix et un peu plus de réussite, le marquoir aurait pu indiquer 0-3 après… 33 minutes de jeu.

Au lieu de ce scénario rêvé et de rafler le paquet, les joueurs de Karim Belhocine durent se contenter d’une seule fricadelle… Mais quelle fricadelle savoureuse que cet envoi importantissimo de Massimo Bruno dans des arrêts de jeu salvateurs !

Pourtant, dès le début de la rencontre, les Carolos semblaient avoir mis toutes les frites dans le même sachet avec la titularisation de Cristian Benavente – qui retrouve progressivement ses repères et ses sensations dans les reconversions et transitions offensives – appelé à pouvoir créer des décalages et à pourfendre les lignes défensives adverses de ses services tranchants comme celui qu’il offrit à Ali Gholizadeh, ce dernier, au lieu de tenter sa chance, tâchant de remiser un ballon qui se révéla finalement infructueux.

Alors que les Zèbres auraient pu déjà songer à mettre la clé sous le paillasson beverenois, Wuytens et ses coéquipiers trouvèrent peu à peu la parade pour forcer le cadenas carolo dans le dernier quart d’heure avant le repos, Aboubakary Koita se rappelant au bon souvenir de l’arrière-garde zébrée par une frappe dont la trajectoire faillit échouer dans les filets de Rémy Descamps.

Avec encore, dans la tête, le débrief d’une première période où il ne manquait que la finition au bout d’un jeu de qualité émaillé de nombreuses actions où la circulation de balle était fluide et précise, les Carolos revinrent avec Marco Ilaimaharitra qui suppléa Ryo Morioka, lequel devant se retirer suite à une blessure au genou droit.

En moins de quatre minutes, peu avant l’heure de jeu, Koita, encore lui, et Faucher faillirent faire un croche-pied aux Zèbres et leur faire monter au nez une moutarde de plus en plus piquante concoctée par des infiltrations d’Efford (qui remplaçait Albanese dans les rangs waeslandiens, pour cause de suspension) et des progressions de plus en plus incisives de Bastians.

Le caramel salé de Vukotic fut donc adouci par la sucrerie de Massimo Bruno, ce dernier enchaînant contrôle et frappe dans un geste dont la saveur et le culot devraient donner, dans un futur proche, des idées à ses coéquipiers à l’image d’un Lukasz Teodorczyk dont la belle tentative, sur le coup franc subtil de Joris Kayembe, aurait mérité de faire mouche avant l’issue connue…


L’analyse de Karim Belhocine : "On était bien entrés dans ce match avec de grosses occasions que nous n’avons pas réussi à concrétiser. On a fait une bonne première demi-heure. Le quart d’heure suivant a été moins bon avec Ryo Morioka qui avait éprouvé des douleurs au genou et qui ne pouvait plus jouer correctement. On n’a pas voulu prendre de risques avec lui.

On doit pouvoir faire mieux car lorsqu’on se procure des occasions et qu’on ne marque pas ou qu’on n’arrive pas à faire la dernière passe, cela devient difficile. Ce qu’on a produit aurait dû nous permettre de prendre l’avantage.

Il faut essayer de tirer le positif de cette prestation. Nos chances d’accrocher les play-offs 1 ? C'est un championnat étrange, tout le monde peut revenir et on peut le faire aussi." 

Retour

RCSC Mentions légales