Charleroi – Eupen : l’échauffement

16 avril 2021 #chaeup#Echauffement

Comme un avion sans ailes” est le titre d’une chanson de Charlélie Couture. Si “aile” est orthographié sans “s” sur la pochette du 45 tours – pour en faire un beau jeu de mots, en référence à “elle” –, on se permettra de l’écrire au pluriel car nos Zèbres n’ont pas pu ou su déployer suffisamment les leurs pour prendre leur envol au terme d’une saison… dont il faudra tirer indéniablement les bonnes leçons.

Un peu plus loin, d’un quatrain se dégage toutefois une volonté… Un entrain :

Et même, même si j’peux pas m’envoler

Oui, j’irai jusqu’au bout

Oh oui, je veux jouer

Même sans les atouts…

Si comme l’affirme Karim Belhocine, “il y a un enjeu pour le classement général, les joueurs et les supporters et s’il est important de finir par une victoire“, il est primordial – et on ne comprendrait vraiment pas qu’il en soit autrement – que les Carolos soient en jeu et dans le jeu des Pandas pour le dernier match d’une saison qui se termine en eau de boudin.

Le coach des Zèbres comprend la déception des supporters : “Elle est normale“, reconnaît-il, “elle engendre la frustration” et s’il regrette la situation liée au Covid-19 en déplorant “le fait qu’ils n’ont pu être présents pour vivre les évènements et nous pousser quand il le fallait“, il avoue humblement que “sportivement, on n’a pas apporté ce que l’on devait apporter“.

Et le pronom de bien traduire toute(s) sa (ses) valeur(s) : le “on” signifie un ensemble, tout un club “qui n’a pas été à la hauteur“, où tout le monde devra regarder devant soi – et pas dans le rétroviseur – pour essayer, à l’avenir, de ne plus commettre les mêmes erreurs.

Déception et frustration ne doivent pas rimer avec renonciation : “Tout le monde veut bien finir” s’engage l’entraîneur du RCSC, “c’est un devoir d’être

Allez, comme tout se termine en chanson, on empruntera bien volontiers quelques vers de cette jolie rengaine interprétée par la regrettée France Gall et Sir Elton John

Donner pour donner

Tout donner

C’est la seule façon d’aimer

Donner pour donner

C’est la seule façon de vivre

C’est la seule façon d’aimer… à fond” – et de ne pas toucher le fond – “et de vouloir tout donner“.

Sous la loupe : Si Benat San José ne pourra pas compter sur le concours de son stratège brésilien Adriano, il n’empêche que l’animation eupenoise reposera sur un collectif et quelques individualités qu’il serait bon ton d’y accorder une attention toute particulière. L’enthousiasme de Heris toujours propice à se projeter vers l’avant en phase de reconversion, l’altruisme de Peeters qui d’un coup d’œil ou d’un coup de patte peut déstabiliser n’importe quel dispositif défensif, la qualité de centre et la vivacité de Ngoy ajoutée à la vista de Musona, la complémentarité de Boljevic et l’opportunisme de Prevljak : autant de facteurs – et de personnalités – dont les Zèbres devront tenir compte sans pour autant négliger diverses solutions de rechange qui pourraient s’avérer déterminantes dans le chef de joueurs tels l’ex-Zèbre BabyGnakaBeck ou Ndri. Bref, il ne faudra surtout pas se baser sur le score (0-4) qui a sanctionné leur dernier match face au Standard de Liège : si les Rouches s’étaient définitivement mis à l’abri peu après l’heure de jeu, ils auraient très bien pu être menés par… quatre buts d’écart en début de rencontre, les Pandas se forgeant autant de réelles possibilités de buts dans les dix premières minutes !

La sélection de Karim Belhocine :

Une sélection qui verra le retour de Nicolas Penneteau comme l’a annoncé Karim Belhocine : “Nico sera titulaire ce samedi. S’il y a eu des changements de gardien cette année, il est toujours resté très pro et il mérite qu’il soit dans les buts.

Suspendu (et indisponible pour cause de Covid) : Jules Van Cleemput.

Blessés : Ken Nkuba – Steeven Willems – Cristian Benavente – Yunus Bahadir – Levi Malungu – Ognjen Vranjes et Ryota Morioka.

Non repris : Parfait Mandanda et Ilias Moutha.

Benat San José déterminera son choix parmi les joueurs suivants :

Himmelmann – Defourny – Amat – Poulain – Ngoy – Peeters – Prevljak – Musona – Baby – Boljevic – Agbadou – Miangue – Gnaka – Cools – Heris – Beck – Ndri et Kayembe.